Le format DDP

Des difficultés sur votre mastering ? Besoin d'un ingénieur de mastering ?

Glass master dans l'usine de production Le format DDP est une norme qui permet de transmettre les données d’une production  sous un format spécifique à une usine de pressage. Ceci est valable pour le pressage des cd audios, des cd-roms, des DVDs et des nouveaux formats BlueRay. On parlera souvent d’une « image DDP »

Les initiales signifient Disc Description Protocol. C’est en réalité une organisation des fichiers sous forme de répertoires qui permet de préciser toutes les informations qui devront se retrouver sur le disque final.

L’avantage de ce format est qu’il s’agit de formats informatiques et que donc la sécurité des données y est préservée. On retrouve même un contrôle supplémentaire sous forme de « checksum » qui permet de vérifier lors de la lecture si l’ensemble n’a pas été endommagé lors d’un transfert par FTP par exemple.

DDP un format d’organisation informatique pour le mastering

Comme il s’agit d’un format, d’une organisation informatique, les fichiers peuvent être transmis par tous les moyens informatiques classiques : Clef USB, CDR, DVD, disque dur externe, FTP.  Lors de mes premières livraisons de fichiers au format DDP, je devais même les fournir sur une bande EXABYTE car les usines de pressage n’acceptaient que ce format physique.

Ce format restant un format industriel, les petits logiciels de mastering en sont dépourvus mais tous les gros ténors en sont équipés.

Un groupe de musiciens n’aura pas la possibilité de le lire à la maison sauf si il achète au minimum un lecteur de fichiers DDP (DDP player).

En sortie de studio de mastering, nous sortirons une image DDP pour les grosses productions mais souvent plutôt un CD master que le groupe pourra dupliquer facilement.

CD master versus DDP image

Le CD master est plus sensible aux erreurs qu’un fichier DDP (quasi indestructible) mais après 15 ans de mastering, un matériel de bon niveau entretenu  et avec de bonnes oreilles, les micro-erreurs des CD master ne sont pas perceptibles.

Nous rentrons alors dans les problèmes de perfectionnisme et nous pourrions alors revenir aux erreurs d’interprétation des instrumentistes, aux erreurs de composition, aux erreurs de mix, aux erreurs de mastering….

DDP ou le mythe de la perfection

Donc dans l’absolu, pour sortir une excellente production, je dirais :

  • Le meilleur compositeur de génie
  • Les meilleurs instrumentistes (programmeurs de beats inclus)
  • Avec les meilleurs instruments
  • La meilleure prise de son
  • Le meilleur ingénieur du son
  • Dans le meilleur studio de mixage
  • Le meilleur ingénieur de mastering
  • Une image DDP en sortie

Et c’est le point le plus faible qui déterminera la qualité en sortie.

Ce qui ne vous empêche pas d’investir dans une station de mastering qui intègre ce format de sortie.

A bientôt

Tags: , , , , , , , ,

Related posts

Les commentaires sont fermés.